Publications

Livre d’art :
voir dans le vent qui hurle les étoiles rire, et rire
partitions graphiques de Symon Henry 
(2016)

Cueillette en personne Livraison – Canada Livraison – International
35$ 40$
(+ 12$ frais de port/manutention)
40$
(+18$ frais de port/manutention)

 



Cliquez sur cette image pour un aperçu du livre :

Au confluent des arts visuels et de la musique, les partitions graphiques de voir dans le vent qui hurle les étoiles rire, et rire (2016) se présentent comme de véritables œuvres autonomes conviant le regardeur à s’immerger dans l’univers du compositeur montréalais Symon Henry. Ayant développé, entre le Québec et l’Allemagne, une notation musicale jouant à la fois sur la très grande précision des timbres et des hauteurs, ainsi que sur la liberté des interprètes, le créateur nous livre ici un grand fleuve intranquille où se conjuguent les traits de plomb, de fusain et de pastel gras.

À travers les 168 dessins formant la partition graphique de voir dans le vent qui hurle les étoiles rire, et rire, il nous invite à voir et à entendre sa musique, en écho au concert d’ouverture du pavillon Pierre Lassonde qui s’est tenu le 18 septembre 2016. En collaboration avec les Éditions de la Tournure – Coopérative de solidarité (Montréal), Symon Henry s’est entouré de plumes de différents horizons – du milieu des arts, de la musique et de la littérature – pour faire résonner encore un peu les notes de cet événement aussi unique que nécessaire.

Avec des textes de : Symon Henry, Yannick Plamondon, Fabien Gabel, Catherine-Ève Gadoury, Marie-Hélène Constant, Anaïs Castro et Bruno De Cat.

8*10, 208 pages en couleur
Couverture_comp


Poésie :
son corps parlait pour ne pas mourir (2016)

achat en ligne ICI!

ou en librairie LÀ

12901473_1045355658836518_8866953529098845752_o

Où est donc la limite de notre chair quand on embrasse le monde ?
Des blessures ouvrent les brèches nécessaires pour que les étreintes soient sutures, un nouveau lien autrement moins étouffant.

« je fais partie de ceux
qui traînent leur enfance
comme on traînerait
du sol
une lourde montgolfière

qui tentent inlassablement de rattraper le galet jeté à l’eau
mais qui souffrent d’une peur
viscérale
de la mer »

%d blogueurs aiment cette page :