Archives de tags | poésie

« L’amour des oiseaux moche » : nouveau recueil disponible !

Recueil de poésie et tableaux sonores / Poetry & sound paintings collection

nous dévalons une pente aérienne
un caillou sous la langue
sous les paupières nos varices belles

d’étiolement nos meutes
fabuleuses de magie

achat / purchase

L’amour des oiseaux moches entremêle tableaux sonores et poésie afin de livrer un récit initiatique explorant l’altérité par le corps, les mémoires et leurs mises en récit, les imaginaires du rêve et leur inscription dans le réel. Ces thèmes sont portés par quatre personnages : Vieux clown, Nour d’Outre-rêve, Louve que j’aime et Djinn l’éphémère. Illes évoluent dans une atmosphère imprégnée de réalisme magique culminant vers une forme d’idéal, apaisé et bienveillant. Le recueil explore, finalement, les possibles de mon identité métisse égypto-québécoise, queer, amoureuse du bruit du monde.

Ce projet correspond aussi à l’aboutissement d’une décennie de démarche transdisciplinaire. À ce jour, je n’avais encore jamais mis en partition graphique mes propres textes. C’est sous l’impulsion de Véronique Lacroix, directrice musicale, artistique et chef d’orchestre de l’Ensemble contemporain de Montréal (ECM+), que j’ai trouvé le courage d’assumer l’étendue des possibles de ma propre transdisciplinarité. Elle m’a en effet passé la commande d’une mise en musique d’un conte poétique que j’écrirais et qui serait au cœur du spectacle principal de sa saison 2019-2020 : L’Outre-rêve – récits initiatiques transfrontaliers. Ce dernier devrait être présenté à l’automne prochain à Montréal puis en tournée allemande si la post-pandémie le permet.

Immense merci, aussi, au centre d’artistes La Chambre Blanche (Québec) et à son équipe pour l’accueil entre ses murs. C’est là que j’ai pu trouver l’espace mental et physique pour créer l’essentiel de ce qui est présenté ici.


Achat du recueil / Plus d’information sur le projet Galerie / Concert


Fin de résidence à la Chambre blanche

Lors de ma résidence à la Chambre blanche, j’ai pu réaliser les partitions graphiques finales d’une œuvre musicale qui m’a été commandée par Véronique Lacroix pour son Ensemble contemporain de Montréal (ECM+) et qui sera créée en mai 2020 au Théâtre Centaur. Cette partition est au cœur d’un projet pour voix, scie musicale, accordéon et orchestre basé sur un conte poétique –  L’amour des oiseaux moches – que j’ai écrit pour l’occasion. En prenant appui sur mon identité égypto-québécoise et queer, les personnages de ce conte se révèleront sonorement, visuellement et poétiquement par le biais de thèmes comme la mise en relation des corps et des identités, les mémoires et leurs mises en récit, ainsi que les imaginaires du rêve et leur inscription dans le réel. À suivre !

Élément de partition inspiré par des discussions intenses sur l’identité, en particulier arabo-québécoise dans le contexte qui est le nôtre, avec l’amie poète Mimi Haddam. Pendant tout mon séjour, j’ai exploré l’idée de la sortie des cycles de violence, comment des forces alternatives peuvent émerger et se superposer aux réalités redondantes. Et l’amie de me proposer l’idée que les cycles peuvent être fluides et multiples, n’ont pas à être binaires, que toute émotion peut être entendue comme un lieu de passage de mille autres émotions. Le choc des cycles peut faire émerger d’autres cycles, d’autres tangentes, et, surtout, d’autres espaces et imaginaires. Je ne suis pas revenu pour revenir, comme dirait Miron.
Lire la Suite…

Le mentir-vrai : performances en écho à « voir dans le vent qui hurle les étoiles rire, et rire »

Photo de Symon Henry.
« 88 femmes mortes », nouvelle performance de Christian Bujold le 26 octobre à la galerie de la Chapelle historique du Bon-Pasteur.

Avec Nicole Brossard, auteure et essayiste ; Christian Bujold, performeur ; Mario Côté et Catherine Béliveau, artistes en arts visuels ; Ana Tapia, artiste électroacoustique ; Benjamin Tremblay Carpentier et son ensemble, multi-instrumentistes ; Maude V. Veilleux, auteure et performeuse et Rachel Hyppolite, animatrice.
Commissariat : Mario Côté et Symon Henry

Un après-midi de performances artistiques est organisé dans le cadre de l’exposition Voir dans le vent qui hurle les étoiles rire, et rire, qui se tient à la Chapelle Historique du Bon-Pasteur autour des partitions graphiques du compositeur Symon Henry. Ce dernier se joint à Mario Côté (artiste en arts visuels) afin de vous convier à un événement où musicien.nes, artistes de l’art sonore, performeur.es et écrivain.es se rencontreront à partir du thème de la « traduction » entre les disciplines. On peut dire qu’une traduction entre disciplines n’est jamais une copie, mais un écho de l’original qui poursuit à l’infini l’impulsion de départ d’une œuvre.

Lire la Suite…

Extraits d’un micro-opéra : Conversation à la montagne

C’est avec pas peu de fierté que je vous partage quelques extraits de mon micro-opéra Conversation à la montagne, sur un texte de Paul Celan. Il est le fruit de deux ans de collaboration avec Maude Côté Gendron, Émilie Sigouin, Émilie Girard-Charest et Florence Blain. On travaille fort pour le re-présenter dans un avenir rapproché… propositions bienvenues!

CONVERSATION À LA MONTAGNE

avec
Maude Côté-Gendron (voix)
Émilie Girard-Charest (violoncelle)
et Émilie Sigouin (récitante)

Texte de Paul Celan
Projet de création de Symon Henry
Assistance scénique de Florence Blain Mbaye
Éclairages de Juan Mateo Gonzalez

Présenté à l’ESPACE CERCLE CARRÉ le samedi 7 mai 2016

Conversation à la montagne : deux compères se rencontrent lors d’une ballade en montagne, sortes de Sol et Gobelet qui s’ignorent, pressés de philosopher, de réinventer le monde de fou duquel ils ont émergé. Un violoncelle, une voix qui chante en allemand et une voix qui parle en français récitent le même texte, simultanément, quelque part entre un concert de musique classique en suspension et une performance de théâtre corporel qui cherche désespérément à parler.

« – J’ai couché sur la pierre, autrefois, tu n’es sans le savoir, – sur la pierre et la dalle ; à mes côtés eux ont couché, les autres : eux étaient comme moi, les autres, les autres autres que moi et mêmes, lignage, ô, eux se couchaient là, eux s’endormaient, et sans s’endormir (…) – à toi je ne le cache point, je ne les aimais, eux qui ne savaient m’aimer, j’aimais la chandelle, brûlant là-bas, au coin senestre, je l’aimais, elle, à brûler à sa perte, pas qu’elle brûle à s’effacer, elle était sa chandelle, celle que lui, le père à nos mères, avait allumées – et qu’au soir s’attachait un jour, défini, un jour, lui le septième, pas le dernier, j’aimais, lignage, aimais, non pas cela, j’aimais ce brûler à sa fin, sache-le, toi, je n’ai plus rien aimé depuis »

« son corps parlait pour ne pas mourir » maintenant disponible!

945244_1045355658836518_8866953529098845752_n

Après quelque sept ans dans la mijoteuse, son corps parlait pour ne pas mourir est maintenant disponible pour achat EN LIGNE ou dans votre librairie indépendante préférée!

« je fais partie de ceux
qui traînent leur enfance
comme on traînerait
du sol
une lourde montgolfière

qui tentent inlassablement de rattraaper
le galet jeté à l’eau
mais qui souffrent d’une peur
viscérale
de la mer »

Mille mercis à tous ceux qui se sont déplacés pour le lancement en mars dernier!
… et mille mercis à ma famille musicale et artistique d’avoir prêté votre musique et vos voix à mes mots :

Lire la Suite…

Work in progress : Storyboard physique..

storyboard

Premier débroussaillage d’un storyboard physique pour une perfo à venir à partir de Conversation à la montagne de Paul Celan, en Allemand et Français. Merci à Émilie Sigouin (récitante), Maude Côté-Gendron (voix) et Émilie Girard-Charest (violoncelle) de vous êtes prêtées au jeu! À suivre…

Goulka – Zéa Beaulieu-April

survivants
nous avons le corps d’avant l’image
nous sommes gestes et actes avant apparition

il y eut la meute

nous restons proie volontaire
d’une espérance

ce qui rend vivant s’avère dangereux

stockvault-seaweed104948-Recovered

Recueil disponible sur le site de la tournure.

Découverte poétique : Lino (Québec)

Lino_chambre-de-l'oubli

Lino, extrait de La chambre de l’oubi, 2008, ed. 400 coups

Intranquillités V @ Septemberfest Montréal!

La sémillante Marilène Provencher-Leduc reprend ma pièce pour flûte bawu, vidéo et sons fixés!
Ça se passe le 13 septembre prochain, à 19:30, à la Salle Multimédia du Conservatoire de musique de Montréal.

IMG_0023

Événement FB

Aussi au menu:

Lire la Suite…

Pour écouter ma dernière création : « Intranquillités III – c’est en liesse… »

intranquilités III - c'est en liesse
Voici deux versions de ma dernière pièce, telle qu’interprétée en générale puis en concert par l’Ensemble Paramirabo, le 24 janvier dernier, au café Résonances à Montréal. Comme la partition est graphique tout en se voulant très précise, je trouve intéressant de les publier toutes les deux.. bonne écoute!

En générale :

En concert :

En exergue de la partition, deux citations :

Lire la Suite…